L'Ancien Joseph l'Hésychaste (1898-1959)

Introduction par les Pères spirituels du Monastère de Vatopaidi.

– Père Joseph de Vatopaidi (01/07/1921- 01/07/2009) :

Il est naturel que soient mis par écrit les souvenirs de nos bons Pères pour qu’ils puissent devenir dans le temps comme des bornes lumineuses de l’histoire spirituelle. Cela est encore plus nécessaire à notre époque, où la vie évolue si rapidement que les valeurs courantes en sont ébranlées. Encore…Chaque être humain d’âge mûr a toujours quelque chose à dire de son expérience du passé, en tant que témoin d’évènements et détenteur d’informations dignes de foi. Mais c’est aussi un devoir qui génère l’Histoire. Ainsi nous est transmise la connaissance de la vie des générations précédentes : comment vivaient les anciens, que pensaient-ils et de quelle façon, et comment se déroula leur vie sur le plan social et spirituel. Ainsi, avec prudence et responsabilité, nous allons présenter la vie de notre père en Christ, selon ce que nous avons vu et entendu, ainsi que les témoignages d’autres personnes qui le connaissaient avant nous.

– Archimandrite Éphrem, Higoumène de Vatopaidi :

Le Père Sophrony rapporte dans la Vie de saint Silouane l’Athonite que l’expérience des Pères de l’Église leur a fait subdiviser la vie spirituelle en Christ en trois catégories. La plus grande partie des religieux, écrit-il, sont attirés à la foi par une «petite» Grâce, passent leur vie dans un combat mesuré consistant en l’observation des Commandements, et à la fin de leur vie reçoivent d’un coup une «grande» Grâce.

Une deuxième catégorie comprend ceux qui commencent avec une Grâce «moyenne», mais qui, par leur empressement pour la prière et le combat contre les passions, sont jugés dignes de recevoir une «autre» Grâce ; accroissant en proportion leur ascèse, ils parviennent ainsi au plus haut niveau de perfection.

La troisième catégorie est la plus rare, et aussi la plus difficile. C’est celle de ceux qui, dès le début de leur vie ascétique, reçoivent la «grande» Grâce des Parfaits en raison de l’ardeur de leur repentir, ou plus exactement de la prescience de Dieu à leur sujet. Au petit nombre de ceux-là est à compter notre saint Père Joseph l’Hésychaste. Sa vie vertueuse nous est ici présentée par notre père bien-aimé Joseph de Vatopaidi, son premier fils spirituel. Nous souhaitons que la lecture de cette vie soit l’amorce, pour nos frères en Christ bien disposés, d’une vie spirituelle véritablement orthodoxe.

Sources : Texte condensé et complété, traduit de l’ouvrage : « L’ancien Joseph l’Hésychaste » du Père Joseph de Vatopaidi (01/07/1921- 01/07/2009), éditions du Monastère de Vatopaidi (en Grec) et extraits condensés de la traduction intégrale d’Yvan Koenig, dans la collection « Épiphanie – Tradition orthodoxe – Grands spirituels orthodoxes du XXème siècle » dirigée par Jean-C1aude Larchet, aux Éditions du Cerf, Paris, 2002.