En FrançaisΆγιοι - Πατέρες - ΓέροντεςΓέρ. Σωφρόνιος 'Εσσεξ

Mieux organiser ou faire patience ? (3) Nous portons les souffrances des autres

16 Απριλίου 2010

Vous savez que les attaques de certains éléments contre notre monastère augmentent, mais, malgré leur haine, ceux qui nous attaquent n’ont pas de vrais arguments contre nous.

[…]

Jusqu’à maintenant nous avons ouvert les portes de notre monastère à tous ceux qui venaient ;  Encore…

qu’allons-nous faire avec eux à l’avenir ? Bien que notre vie soit déjà extrêmement difficile en elle-même, nous sommes de plus chargés par toutes sortes de soins pour servir le monde qui vient. Et nous-mêmes, nous recevons de ceux qui viennent leurs peines, leurs drames, leurs souffrances pour qu’ils rentrent chez eux soulagés, encouragés pour la lutte. Nous sommes toujours dans un état de souffrance, de compassion. C’est la vraie voie pour le salut, mais voilà, on nous accuse !

[…]

Au fond, toutes ces accusations de la part de ce journal ne nous touchent pas vraiment. La question n’est pas là. Mais malheureusement dans le peuple des croyants, il y a souvent un manque de confiance envers les évêques orthodoxes. Toutes les paroles de ce genre tendent à déchirer le corps de l’Église. […]

Voilà, aujourd’hui j’ai jugé nécessaire de vous dire que cette chose désagréable existe. Peut-être que c’est pour notre bien, nous serons moins occupés.

Si je me souviens de l’histoire de la Russie, quand le Patriarche Nikon a entrepris la correction des traductions du texte slavon de la Sainte Ecriture, des Psaumes etc., il a provoqué un schisme dans l’Église qui a causé des dégâts incalculables et pour l’Église russe et même pour l’État. Nous ne sommes pas trop touchés par les affaires de l’État, que nous laisserons de côté, mais pour l’Église, certes, ce fut extrêmement nuisible.