En FrançaisΆγιοι - Πατέρες - ΓέροντεςΓέρ. Σωφρόνιος 'Εσσεξ

Mieux organiser ou faire patience ? (4) Notre seul but est trouver Dieu

23 Απριλίου 2010

Peut-être que quelqu’un a une question, je ne sais pas qui. Quelqu’un m’a demandé…

[Sr. M. :] C’est moi, j’ai quelques questions et vous m’avez dit de les poser ici.

[Père Sophrony :] Voilà, dites… Encore…[Sr M. :] C’est une question assez terre-à-terre. Vous nous avez recommandé de garder le souvenir de Dieu durant nos travaux de tous les jours, mais ma question est plus banale : comment savoir quel travail faire ? Quand on demande aux Pères, ils vous disent : « Décidez vous-même». Si on peut demander à l’Higoumène ou au Père spirituel, le problème est réglé, mais s’il vous dit : « Décidez vous-même » et qu’on est surchargé, comment organiser la journée sans perdre de vue l’essentiel ? Voilà ma question !

[Père Sophrony :] A vrai dire, pour nous ce n’est pas facile, non seulement de corriger les choses, mais même de les comprendre. L’expérience a montré que la structure psychologique des femmes et des hommes est différente. Or, chacun est disposé d’agir plutôt selon son caractère. Les sœurs ont devant elles l’exemple des Pères : chez eux il n’y a pas de conflit, pas de tension. J’ai dit plusieurs fois que vous devriez peut-être vous réunir vous-mêmes et penser comment vous pouvez vous partager le travail etc. Je vous dirai que tous les Pères sont surchargés, pas seulement l’Higoumène mais les autres aussi. Ils souffrent, mais en silence. Il n’y a pas de conflit. Prenez cet exemple et décidez comment agir. Je vous ai dit que si chacun de nous a pour seul but : comment trouver Dieu, – le reste peut devenir une cause de souffrance, de douleur, mais on porte cette croix en silence.

Vous voyez, mes sœurs, que notre Higoumène, nos Pères spirituels, nos frères et nos Pères, tous, nous avons une grande estime pour vous, mais à cause de cette estime on n’ose pas dire ce qu’il faut faire. Nous sommes tous différents : la position, disons, de Père K. est pour lui-même une croix, une douleur, jamais un moment de calme… mais pour les autres, c’est peut-être une cause de jalousie : « Pourquoi c’est lui qui est le Supérieur, l’Higoumène, et pas moi ? » Comprenez ! Mais jusqu’à maintenant nous n’avons pas cette jalousie. Il y a tant de gens qui viennent et qui aiment Père S. Et nous sommes tous contents, pas jaloux [il rit] ! Voilà, si vous changez votre propre attitude, ce problème n’existera plus.