De gauche à droite, devant l’entrée du Monastère de Vatopaidi : les Anciens Éphrem de Philothéou, Éphrem de Katounakia et Joseph de Vatopaidi

L’Ancien Éphrem et les trois disciples directs de l’Ancien Joseph l’Hésychaste étaient plus unis que des frères selon la chair ; ils étaient pour ainsi dire comme une seule âme. Il disait qu’il avait confiance dans tous ses frères spirituels, mais plus encore dans le Père Joseph de Vatopaidi († 2009). Ce dernier, installé tout d’abord dans leur ancienne habitation de Néa-Skiti, faisant des allées et venues à Katounakia à une époque pénible, un peu avant et après la mort du Père Nicéphore. Par la suite, l’Ancien Éphrem allait à son tour à Vatopaidi pour soutenir le Père Joseph et sa communauté dans les innombrables difficultés et oppositions rencontrées lors de la restauration de ce prestigieux Monastère. Encore…

Il avait une grande affection pour le Père Éphrem de Philothéou qui œuvre aujourd’hui pour le Seigneur aux États Unis. Étant le plus jeune de la communauté, il le nommait avec tendresse « Petit-Père ! » Il louait à chaque occasion son obéissance à l’égard de l’Ancien Joseph l’Hésychaste. Lorsqu’il apprit que le Père Éphrem allait assumer la charge d’un autre Monastère, il dit : « Il réussira. Rien ne l’arrêtera. Il a reçu la bénédiction de son Ancien, car il l’avait apaisé par son obéissance. »

Le Père Charalampos, le bien connu Higoumène du Monastère de Dionysiou († 2001), fut son confesseur pendant ses dernières années. Ils se confessaient l’un à l’autre.

Le Père Joseph de Vatopaidi était parti en Chypre, sa patrie, vers la fin des années soixante-dix sur le conseil de leur ami, le fameux Père Païssios († 1994) pour le service du Seigneur. Le Père Éphrem lui envoya cette lettre touchante :

« Ma chère âme, mon cher frère Joseph,

Joseph, Joseph, Joseph. Où es-tu, Joseph ?

Je ne t’entends pas, mais pas même je ne te vois.

Où es-tu, Joseph ?

Bonne fête pour ton anniversaire. Je souhaite que Dieu bénisse tes entreprises. Tu as sans doute appris de nos nouvelles. Papa-Charalampos est devenu Higoumène de Dionysiou, et Agathon de Philothéou Higoumène de Constamonitou.

Tu ne nous écris pas la moindre lettre ; que tu ne nous écrives rien du tout. Envoie-nous seulement un “bénissez” et ça nous réconfortera beaucoup.

Je t’embrasse, je t’embrasse fraternellement.

Ton frère Éphrem de Katounakia. »


Sources : Texte arrangé, condensé ou complété, extrait de l’ouvrage : « L’Ancien Éphrem de Katounakia » du Père Joseph de Katounakia, traduit par Yvan Koenig, dans la collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle » dirigée par Jean-C1aude Larchet, Éditions L’Âge d’Homme, Lausanne 2002

Lettre extraite de l’ouvrage « L’obéissant rempli de Grâce, l’Ancien Éphrem de Katounakia (1912-1998) », de l’Ancien Joseph de Vatopaidi († 2009), Éditions du Saint Monastère de Vatopaidi (en Grec), Mont Athos, 2001